Blog myfreetemplates.com
Voyage et Tourisme

Les pèlerins Suisse partent à la recherche d’une nouvelle spiritualité

agence de voyage spirituelle suisse

Les pèlerinages vers des sites sacrés font partie de la vie chrétienne depuis des siècles. Après être tombée en disgrâce, l’ancienne coutume connaît un renouveau en Suisse.

Oubliez les bâtons en bois et les pieds calleux, les pèlerins d’aujourd’hui sont tout aussi susceptibles d’arriver à leur destination en voiture. Et même s’ils cherchent toujours une expérience spirituelle, il ne s’agit pas nécessairement de trouver Dieu.

Pour certains, c’est une chance de se vider l’esprit et de se détendre. Pour d’autres, c’est un test d’endurance physique et pour d’autres encore, c’est une forme de tourisme culturel.

Qu’ils le fassent pour le bien de leur âme ou celui de leur corps, les gens rejoignent apparemment de plus en plus les rangs des pèlerins modernes.

Grottes et falaises

Une fascination pour la diversité des sites religieux à travers le pays a conduit l’ethnologue Paul Hugger à mener des recherches sur le phénomène de pèlerinage en Suisse. Le résultat, Wallfahrtsorte der Schweiz (Lieux de pèlerinage en Suisse), est un livre richement illustré documentant ses voyages vers certains des sites cachés ou moins connus. 

« Il y a des sites de pèlerinage au sommet des montagnes mais aussi dans les gorges. Il y a des grottes. Il y a de minuscules chapelles et de grandes églises. Et les façons de voyager sont complètement différentes », a expliqué Hugger.

Il dit que les sites de pèlerinage les plus importants de Suisse sont populaires auprès des touristes en raison de leur architecture baroque – l’abbaye d’Einsiedeln – leur beauté naturelle – Madonna dell Sasso sur un affleurement rocheux au-dessus de Locarno – ou leur lien avec l’identité suisse – Flüeli Ranft, dédié à la Suisse. saint national, frère Klaus.

Mais de nombreux autres sites sont hors du circuit touristique. Certains, comme Notre Dame du Scex, qui s’accroche aux rochers au-dessus de la ville touristique de St Maurice, sont inaccessibles à tous sauf aux plus dévoués et en forme. Ceux qui font l’effort de monter les 500 marches de la chapelle le font généralement en raison d’un besoin ou d’une préoccupation particulière.

Ensuite, il y a Ziteil, à 2433 mètres, le deuxième plus haut site sacré de Suisse après le Grand-Saint-Bernard. « Vous ne pouvez pas vous y rendre en voiture, vous devez marcher », a déclaré Hugger. « Il s’agit d’un type de pèlerinage où les gens sentent qu’ils ont fait un gros effort physique et s’attendent à recevoir en retour ce pour quoi ils prient. »

Ce test d’endurance, comme l’achèvement du Chemin de Saint-Jacques à Santiago, remonte à l’époque où les pèlerinages étaient une forme de pénitence, dit-il.

À l’autre extrême, il y a des sanctuaires à la Vierge dans des grottes, comme la grotte de Sainte Colombe dans le Jura, accessible via un ravin boisé. « Les grottes attirent également les gens. Quand il y a de l’eau, surtout quand elle sort comme une source, ils ont le sentiment que cette eau est sainte », a ajouté Hugger.

Pèlerins du 21e siècle

Une tendance récente qu’il note est que les pèlerinages ne sont plus l’apanage des catholiques.

« Ce qui se passe maintenant, par exemple dans l’Église protestante, c’est que des pasteurs individuels organisent des pèlerinages. Il s’agit avant tout de méditation, ils ne copient pas ce que font les catholiques. »

Theo Bächtold est pasteur de l’église St James à Zurich où il dirige également le Pilgrim Center qui fournit des informations et des conseils aux promeneurs. Il a d’abord parcouru plus de 2 000 kilomètres à Santiago en 1991 et a attrapé le virus. Il organise désormais une dizaine de pèlerinages chaque année pour parcourir une partie du Chemin de Saint-Jacques.

Bächtold dit que l’intérêt pour suivre l’ancienne route de pèlerinage est en pleine croissance.

« Notre centre sert d’exemple. Il y a cinq ans, nous avions deux voyages par an et maintenant nous en avons dix. Et il y a beaucoup d’autres communautés d’église qui font la même chose. »

Invité à expliquer l’attrait, le pasteur protestant dit qu’il s’agit de l’implication du corps, de l’esprit et de l’esprit. « C’est la totalité qui fascine les gens. Vous marchez, mais vous avez des expériences spirituelles en cours de route. Vous avez la communion avec les autres. »

Mais tout le monde ne recherche pas la communion en marchant. Hugger dit que pour certains, un pèlerinage est « une sorte de processus d’auto-guérison », une forme de médecine gratuite pour le corps et l’âme.

Il pense que si les pèlerinages n’avaient servi à rien, le phénomène se serait éteint depuis longtemps. Mais les avantages sont impossibles à prouver.

« C’est une expérience individuelle et parce qu’elle pénètre profondément dans la psyché humaine, elle ne peut pas être expliquée de manière rationnelle. D’un autre côté, je pense que c’est un phénomène important pour la santé de la société. »

« Le fait est que les gens reviennent des pèlerinages se sentant renforcés. »

Autres articles

Navette Paris Orly : voyagez sereinement en groupe grâce à un transfert assuré

sophie

Les événements 2019 de la ville Marrakech

voyageur

Célébrer l’anniversaire de mariage dans des lieux paradisiaques de Maldives

Laurent

Les informations importantes sur les indemnités retard vol

sophie

Vous n’avez pas besoin d’un agent de voyage pour choisir un grand hôtel

yohan

Une croisière à la découverte des trésors du Mékong

Fabien

Comment organiser un seminaire à marrakech?

yohan

Sejourner un week end dans un riad

yohan

Deux remarquables sites à privilégier lors d’un séjour au Brésil

Laurent